Actualités

Attaques de scolytes à Nilvange

Attaques de scolytes à Nilvange : des coupes nécessaires pour gérer la crise

Dans les forêts du nord-est de la France, les attaques de scolytes causent d'importants ravages sur les peuplements d'épicéas. Le phénomène progresse à Nilvange et particulièrement rue des Vosges où une trentaine de conifères sont présents.  Pour lutter contre l'expansion de cet insecte ravageur et maintenir la vitalité de nos arbres sains, la Ville de Nilvange se mobilise.

Initialement, un rapport avait préconisé l’abattage de l’ensemble des sapins. Madame le Maire et son équipe ont pris l’avis complémentaire d’un expert-pépiniériste. Il a été finalement décidé de n’abattre que les arbres secs et favoriser le replantage d’une nouvelle essence. Cette opération exceptionnelle de coupe est actuellement réalisée rue des Vosges à Nilvange. Une vérification de la présence de nids a également été prise en compte, bien entendu.

L’invasion des scolytes, un fléau silencieux

Pour se nourrir de bois, ces coléoptères creusent des galeries sous l'écorce des arbres et finissent par couper la circulation de la sève conduisant à la mort prématurée des peuplements d'épicéas qui constituent son terrain de prédilection. 

Une cause principale : le réchauffement climatique

D'un côté, les hivers moins rudes engendrent une multiplication des insectes. De l'autre, les printemps de plus en plus secs affaiblissent les arbres.

Résultats :

  • Les épicéas ont moins d'eau pour se nourrir ;
  • Le système immunitaire des arbres est moins efficace. Il ne leur permet plus de se défendre face aux insectes. Habituellement, ils produisent de la résine pour les engluer et les enfermer.

Objectifs de la Ville de Nilvange

Face aux risques de propagation des scolytes dans les années à venir, la Ville de Nilvange se mobilise pour :

  • Abattre les arbres malades et ainsi protéger les sujets sains ;
  • Remplacer des peuplements d'épicéas par des essences locales et nouvelles capables de s'adapter à la spécificité des milieux et au changement climatique ;
  • Respecter le contrat moral basé sur l’idée que pour un arbre abattu, deux autres seront plantés. 
Retour à la liste des actualités

Partagez sur